Lampedusa : les appels du maire de l’île restés sans réponse

IMG_5509

On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas.

Début novembre 2012, après un drame qui avait couté la vie à 21 migrants, la maire de Lampedusa avait écrit une lettre à l’Union Européenne. Elle n’a jamais reçu de réponse.

Un an plus tard, face à une tragédie sans précédent, Giusi Nicolini, effondrée ne peut que constater : « Il n’y a plus de place, ni pour les morts, ni pour les vivants ». 

LETTRE A L’UNION EUROPEENNE

( en version originale puis traduction en français)

“Sono il nuovo Sindaco delle isole di Lampedusa e di Linosa

« Eletta a maggio, al 3 di novembre mi sono stati consegnati già 21 cadaveri di persone annegate mentre tentavano di raggiungere Lampedusa e questa per me è una cosa insopportabile. Per Lampedusa è un enorme fardello di dolore. Abbiamo dovuto chiedere aiuto attraverso la Prefettura ai Sindaci della provincia per poter dare una dignitosa sepoltura alle ultime 11 salme, perché il Comune non aveva più loculi disponibili. Ne faremo altri, ma rivolgo a tutti una domanda: quanto deve essere grande il cimitero della mia isola?

Non riesco a comprendere come una simile tragedia possa essere considerata normale, come si possa rimuovere dalla vita quotidiana l’idea, per esempio, che 11 persone, tra cui 8 giovanissime donne e due ragazzini di 11 e 13 anni, possano morire tutti insieme, come sabato scorso, durante un viaggio che avrebbe dovuto essere per loro l’inizio di una nuova vita. Ne sono stati salvati 76 ma erano in 115, il numero dei morti è sempre di gran lunga superiore al numero dei corpi che il mare restituisce.

Sono indignata dall’assuefazione che sembra avere contagiato tutti, sono scandalizzata dal silenzio dell’Europa che ha appena ricevuto il Nobel della Pace e che tace di fronte ad una strage che ha i numeri di una vera e propria guerra.

Sono sempre più convinta che la politica europea sull’immigrazione consideri questo tributo di vite umane un modo per calmierare i flussi, se non un deterrente. Ma se per queste persone il viaggio sui barconi è tuttora l’unica possibilità di sperare, io credo che la loro morte in mare debba essere per l’Europa  motivo di vergogna e disonore.

In tutta questa tristissima pagina di storia che stiamo tutti scrivendo, l’unico motivo di orgoglio ce lo offrono quotidianamente gli uomini dello Stato italiano che salvano vite umane a 140 miglia da Lampedusa, mentre chi era a sole 30 miglia dai naufraghi, come è successo sabato scorso, ed avrebbe dovuto accorrere con le velocissime motovedette che il nostro precedente governo ha regalato a Gheddafi, ha invece ignorato la loro richiesta di aiuto. Quelle motovedette vengono però efficacemente utilizzate per sequestrare i nostri pescherecci, anche quando pescano al di fuori delle acque territoriali libiche.

Tutti devono sapere che è Lampedusa, con i suoi abitanti, con le forze preposte al soccorso e all’accoglienza, che dà dignità di esseri umane a queste persone, che dà dignità al nostro Paese e all’Europa intera. Allora, se questi morti sono soltanto nostri, allora io voglio ricevere i telegrammi di condoglianze dopo ogni annegato che mi viene consegnato. Come se avesse la pelle bianca, come se fosse un figlio nostro annegato durante una vacanza”. Giusi Nicolini

« Je suis le nouveau maire des îles de Lampedusa et Linosa. Élue en mai 2012, le 3 novembre, j’ai déjà reçu 21 cadavres de personnes qui s’étaient noyées en tentant de rejoindre Lampedusa et pour moi c’est tout simplement insupportable. Pour Lampedusa, c’est un énorme fardeau de douleur.

Nous avons dû demander de l’aide, par l’intermédiaire de la préfecture, aux maires de la province afin de pouvoir donner une sépulture digne à onze personnes parce que la commune n’avait plus de concessions disponibles. J’en ferai d’autres, mais je vous pose la question : quelle dimension doit avoir le cimetière de mon île ?

Je ne comprends pas comment une telle tragédie peut être considérée normale, comme si on pouvait ôter de la vie quotidienne l’idée que, par exemple, 11 personnes dont huit très jeunes femmes et deux garçons de 11 et 13 ans sont morts samedi dernier au cours d’un voyage qui aurait du être pour eux le début d’une nouvelle vie.

76 passagers ont été sauvés mais ils étaient 115 au départ, le nombre total des morts est de loin plus élevé que celui de ceux que restitue la mer.

Je suis indignée par le sentiment d’habitude qui semble avoir contaminé le monde, je suis scandalisée par le silence de l’Europe qui vient de recevoir le Prix Nobel de la Paix et qui reste silencieuse face à une tragédie qui atteint les chiffres d’une véritable guerre. Je suis de plus en plus convaincue que la politique d’immigration européenne considère ce tribut en vies humaines comme un moyen de modérer les flux migratoires, sinon comme moyen de dissuasion.

Mais si la traversée sur ces embarcations est pour ces personnes leur seule façon d’espérer, je crois que leur mort en mer doit être pour l’Europe un motif de honte et de déshonneur. Tout au long de ce triste chapitre d’histoire que nous sommes en train d’écrire, la seule source de fierté nous est offerte par les fonctionnaires de l’Etat italien qui sauvent des vies humaines à 140 miles de Lampedusa, tandis que ceux que ceux qui se trouvaient à seulement 30 miles des naufragés, comme cela était le cas samedi dernier, et auraient du accourir avec les vedettes ultra rapides que notre gouvernement précédent a offert à Kadhafi a en revanche ignoré les appels à l’aide. Ces vedettes sont en revanche utilisées efficacement lorsqu’il s’agit de séquestre nos bateaux de pêche, même quand ils pêchent en dehors des eaux territoriales libyennes. 

Tout le monde doit savoir que c’est Lampedusa, avec ses habitants, avec les  forces préposées au sauvetage et à l’accueil, qui donne la dignité humaine à ces personnes, qui donne la dignité à notre pays et à l’Europe entière. Alors, si ces morts sont seulement les nôtres, alors je veux recevoir les télégrammes de condoléances après chaque noyé que l’on me « livre ». Comme s’il avait la peau blanche, comme s’il s’agissait d’un de nos enfants qui s’était noyé pendant les vacances » Giusi Nicolini

Publicités

Une réflexion sur “Lampedusa : les appels du maire de l’île restés sans réponse

  1. Pingback: Lampedusa, passeport pour la noyade - Rue89Lyon | Rue89Lyon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s